Edouard Manet

Paris, 1832 – 1883

 

Les Chats, 1868

 

Eau-forte et aquatinte originale, 180 x 223 mm, marges 231 x 364 mm

(Guérin 52, Bareau/Bérès 58)

Belle épreuve sur papier ancien verdâtre, du tirage fait par Dumont en 1894 à 30 épreuves

Piqûre en bas à droite

Filigrane : Trois cercles dans un ovale

 

Le chat est un animal qui « fascinait Manet et trois des nombreux croquis qui en témoignent sont réunis dans cette eau-forte. Elle fut sans doute exécutée vers 1868, au moment où l’artiste collaborait avec Champfleury et composa pour son livre Les Chats une lithographie puis une eau-forte. On a évoqué comme sources d’inspiration de cette planche les pages de la Manga d’Hokusai et plus particulièrement la page d’un album d’Hiroshige comportant une vingtaine de croquis de chats cocasses et malicieux. Ici, les trois chats sont jetés sur la feuille avec une liberté et une fantaisie étonnantes. Le chat sous la chaise, exécuté d’après une esquisse au pinceau (Paris, Bibliothèque nationale de France), est le seul qui soit « situé » par rapport à un espace environnant, une ombre légère à l’aquatinte et les quatre pieds d’une chaise. Le chat (sur la gauche), que l’on retrouve dans le tableau du Déjeuner dans l’atelier de 1868 n’est qu’une silhouette noire, merveilleuse d’expression. C’est le petit chat du premier plan qui donne son équilibre à cette composition insolite et charmante qui restera inédite du vivant de l’artiste » (J. Bareau, Manet, Paris, 1978, n°58).