Simon Denis

Anvers, 1755 – Naples, 1813

 

Danseur de tarentelle

 

Huile sur papier

25,3 x 25,2 cm

Daté en bas à droite : 1809 en bas à droite

Au verso, signé deux fois et numéroté : DD/11

 

Simon Denis fait partie de ces peintres à cheval sur les siècles comme sur les pays : flamand d’origine, il se rend à Paris vers 1775 pour y travailler chez Jean-Baptiste Le Brun, peintre et marchand de tableaux, qui lui procure les moyens de se rendre à Rome où il se mêle au milieu français. C’est en somme un peintre européen, tout à la fois flamand de formation, français de goût et italien d’élection. Après un long séjour à Rome, Simon Denis, grâce à l’intervention de Joseph Bonaparte devenu roi de Naples, s’installe dans cette ville en 1807. Deux ans plus tard, à la suite du décès de Jakob Philipp Hackert, il devient  professeur de paysage à l’Académie des Beaux-Arts.

 

Denis est célèbre pour ses études à l’huile sur papier, prises sur le motif. La plupart sont des esquisses de paysages mais l’artiste a également réalisé quelques rares études de personnages. Ce répertoire de figures prises dans la vie quotidienne napolitaine, resté pour l’essentiel dans l’atelier de l’artiste puis chez ses descendants, servait de modèle pour les personnages placés dans les grandes compositions panoramiques au faire minutieux destinées aux appartement royaux ou à la clientèle du « Grand Tour ».

 

Notre étude, datée 1809, représente un danseur de tarentelle : la tarentelle, dansée à un rythme effrénée sur une musique vive, était très populaire dans le royaume de Naples. Dix ans avant Simon Denis, Jacques Sablet, également fasciné par la vie populaire napolitaine, avait peint La Tarentelle, danse napolitaine, un grand tableau exposé avec succès au Salon de 1799 (marché de l’art, 2005).