Charles Monnet

Paris, 1732 – après 1808

 

L’Entrée au Quirinal du cardinal Antonio Andrea Galli, Grand Pénitencier, durant le Carême de 1758

 

Plume et encre brune, lavis d’encre de Chine, aquarelle

242 x 404 mm

Signé et annoté en bas à gauche : dessiné par C. Monnet pensionnaire du Roy. Rome 1758

Au verso, esquisse à la pierre noire pour le même sujet

 

Provenance

Jean Cailleux (Lugt 4461)

 

 

Elève de Jean Restout, Charles Monnet reçoit le Second prix de l’Académie en 1752, l’année qui vit triompher Fragonard, avec son Jéroboam sacrifiant aux idoles. Il remporte le Grand prix l’année suivante et fréquente, comme tous les élèves de sa génération, l’Ecole royale des élèves protégés, alors dirigée par Carle van Loo. On le sait à Rome de 1757 à juin 1761, en même temps que Fragonard, sous le directorat de Natoire. Il expose régulièrement au Salon comme peintre d’histoire entre 1765 (l’année de son agrément à l’Académie royale où il ne fut jamais reçu) et 1781, date à laquelle il semble avoir définitivement renoncé à la peinture. Rapidement, il se consacre au dessin d’illustration, à la vignette (ouvrages de Lucrèce, Fénelon (Télémaque), La Fontaine…), et sous tous les régimes, aux œuvres de circonstances (il fournit quinze dessins préparatoires pour Les Principales Journées de la Révolution, Paris, Archives nationales).

 

A Rome, la vie publique, les cérémonies religieuses, les « entrées », le carnaval, les courses de chevaux donnaient lieu à des scènes colorées et animées qu’appréciaient les artistes et les voyageurs. Ici, Monnet s’est intéressé à un sujet rarement représenté, l’entrée au Quirinal du cardinal Grand Pénitencier pendant le Carême de 1758. Le Grand Pénitencier est le président de l’un des tribunaux suprêmes de l’église catholique, la Pénitencerie apostolique, qui s’occupe des questions touchant au for (droit) interne à l’église. C’est ainsi le Grand Pénitencier qui annonce les indulgences accordées par le pape à l’occasion de fêtes ou de pèlerinages. C’est également lui qui reçoit les confessions pour le pape (cardinalis qui confessiones pro papa recipit). La charge de Grand Pénitencier est traditionnellement une charge cardinalice. Entre 1755 et 1767, celle-ci est occupée par Antonio Andrea Galli (Bologne, 1697-Rome, 1767).

 

Monnet a représenté la piazza di Monte Cavallo sur laquelle s’ouvre le palais du Quirinal, résidence du pape, que l’on reconnait à droite. Sur la gauche se trouve le socle des cavalli, groupe sculpté représentant deux chevaux et deux cavaliers, surmonté d’un obélisque. Ces sculptures étaient considérées comme des œuvres de Phidias et Praxitèle, d’où l’inscription portée sur la base, opus Phidiae. Au centre, se déploie la procession, avec un garde suisse sur la gauche et des militaires dans le fond. Sur la droite, monté sur un cheval, un officier tient une masse, suivi de valets. Enfin, au centre, également à cheval, le Grand Pénitencier, en habit cardinalice, reconnaissable à sa verge pénitentiaire, qui lui permet d’absoudre les pénitences. Dans le Diario ordinario di Roma, sont cités plusieurs visites du Grand Pénitencier au palais du Quirinal durant le Carême de 1758. Va-t-il confesser le pape Benoît XIV, déjà malade et qui disparaîtra quelques mois plus tard ?