Logo Gallerie Terrades
Petit logo Gallerie Terrades

Jean-Baptiste Auguste Vinchon

Paris, 1789 – Ems, 1855

 

Panorama de Rome, vers 1815

 

Aquarelle, pierre noire et rehauts de craie blanche sur papier préparé vert et bleu

275 x 385 mm

 

Provenance

Atelier de l’artiste

Vente anonyme, Tours (étude Odent), 11 octobre 1998

Par descendance, collection particulière à Tours

 

 

Avant d’intégrer l’Ecole des Beaux-Arts en 1810, Auguste Vinchon se forme auprès de Giocchino Serangeli, élève turinois de David. Ayant triomphé au grand prix de Rome en 1814, Vinchon séjourne à Rome jusqu’en 1819, où il se lie avec Ingres, qui dessine son portrait, David d’Angers, Géricault ou Michallon. A son retour, il est chargé de la réalisation du décor de la chapelle Saint-Maurice à Saint-Sulpice, achevé en 1822. La même année, il débute au Salon – il y exposera jusqu’à sa mort en 1855 – avec Le Dévouement du jeune Mazet. Son décor pour le tribunal de commerce au palais de la Bourse précède la commande de grisailles pour le musée Charles X au Louvre qui lui valent la Légion d’honneur en 1828. Deux ans plus tard, Vinchon remporte devant Delacroix et Alexandre-Evariste Fragonard le concours lancé après la révolution de Juillet pour le décor de l’Assemblée nationale sur le thème de Boissy d’Anglas saluant la tête du député Féraud. Parallèlement à ses activités artistiques, Vinchon dirige une importante entreprise d’imprimerie dont il a hérité.

 

Si la carrière de Vinchon n’est pas à proprement parler celle d’un paysagiste, ses œuvres italiennes prouvent que la pratique du paysage en plein air se généralise chez tous les peintres français séjournant en Italie à partir de 1800. Lors de son séjour romain, Vinchon explore toute l’Italie, effectuant notamment un voyage à Naples en 1817, en compagnie de son ami Géricault et du sculpteur Louis-Nicolas Destouches. Le fonds des dessins de Vinchon, conservé jusqu’à récemment dans la descendance de l’artiste à Tours, et donné au musée des Beaux-Arts de cette ville en 1999, comprends de nombreuses vues d’Italie. Provenant également de ce fonds familial, notre dessin montre le panorama de Rome pris depuis le Pincio. On reconnait sur la gauche la façade et les tours de l’église San Giacomo in Augusta (ou San Giacomo degli Incurabile), située sur le Corso, tandis, qu’au-delà du Tibre, s’élève le Vatican. Caractérisé par un cadrage très audacieux, notre dessin évoque parfaitement cette vue ci célèbre de Rome où se mêlent harmonieusement les habitations, les eaux du Tibre et le ciel. La préparation à l’aquarelle verte et bleue, très originale, permet d’unifier l’ensemble et d’évoquer une vapeur particulière, répandue dans les lointains, qui a tant retenu l’attention des artistes.



 
Retour