Roger Vieillard

Le Mans, 1907 – 1989

 

Involution (La Vague), 1962

 

Relief gravé original, 115 x 235 x 150 mm, socle de bois peint en noir d’origine

(Guérin et Rault 446)

Belle épreuve imprimée sur plâtre, retravaillée à l’échoppe, monogrammée et numérotée I/II sur la tranche, tirage sur plâtre à 3 épreuves, tirage sur papier à environ 30 épreuves

 

Roger Vieillard est un graveur buriniste et illustrateur français proche des artistes de la second école de Paris. Son œuvre au style graphique et linéaire reconnaissable est le résultat d’un trait précis d’une grande habilité. Vers 1958, Roger Vieillard met au point un procédé de moulage en plâtre de ses cuivres qui va de pair avec sa conception plastique de la gravure ; il obtient ainsi des bas-reliefs imprimés qu’il retaille ensuite à l’échoppe et au ciseau et qu’il appelle Reliefs gravés.

 

«  Le Relief gravé de Vieillard est le résultat inversé d’un « report », l’enfant fragile et doux du baiser de la plaque de cuivre et du poids calculé de la presse à bras, mais ce support est devenu volume. Composé d’un mélange vivant à base de gypse, sa finesse de poudre, sa blancheur grise, mate et soyeuse épouse sans bavure et sans trahisons les plus subtiles insinuations de l’encrage – et jusqu’aux fameux blancs dont cet artiste a le secret. Enfin, sorti comme un pain du four, un peu ébarbé, retouché, bientôt frais et vif, voici l’objet prêt à prendre l’air du temps : planté droit sur un socle de bois noir, il nous provoque, pareil à un arrogant petit sphinx poseur de questions » (J. Tardieu, Les Portes de toile, Paris, 1969, p. 119-122).